Belgique romane 2016

Voici le texte d’Antonia Diamandescu. Collège I.G. Duca, Bucarest, professeur facilitateur Ioana Ha?eg.

Sa recette s’intitule : « Pas grand-chose ». (Le règlement stipulait que les candidats devaient aussi donner un nom original à leur recette.)

Pas grand-chose

On arrive à la maison. On a grand faim. Il n’y a personne à la maison, alors il faut se débrouiller.
On ouvre la porte du frigo ; il n’y a pas grand-chose : de la crème aigre, de la bière, ‘’m?m?ligu??’’, de la viande de bœuf, du beurre.
On continue à chercher dans le garde-manger. Pas grand-chose ici, non plus : du chou , des pruneaux, de la cassonade.
Alors, qu’est-ce qu’on peut combiner ?
On met la viande de bœuf dans un bol, et on y verse la bière pour la faire mariner ; d’habitude on a besoin d’une nuit entière, mais on a faim, alors on n’a pas assez de temps à notre disposition et on fait ce qu’on peut : on se dépêche.

Il faut hacher le chou finement. Il faut bouillir le chou avec un peu d’huile pour obtenir une version acceptable de ‘’ varz? c?lit?‘’ (chou trempé).

On met le beurre dans un casserole sur le feu pour le fondre. On va frire la viande.
Dans une petite casserole on fait dissoudre la cassonade et on fait caraméliser les pruneaux.
À la fin d’une demi-journée de travail, on a devant soi un plat qu’on peut nommer « Pas Grand-Chose » : ‘ »m?m?ligu?? », « varz? c?lit? (chou trempé) avec de la crème aigre, du rôti et les pruneaux caramélisés.

Antonia.