« Je prends mon Envol »

Afin que les jeunes ne veuillent plus « prendre leur envol »…

Capture du 2014-05-15 10:15:48

Les jeunes sont reçus au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles : clic sur l’image pour voir le reportage de TéléSambre

Participer au concours organisé par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ayant pour thème « Communication moderne et diversité de la langue française », c’est le défi qu’ont brillamment relevé nos élèves de 4C de l’Athénée Royal Louis Delattre de Fontaine l’Evêque.

« Je suis fière de faire passer un message si important pour notre génération » Manon

Ils se sont illustrés en remportant le Premier Prix grâce à leur clip vidéo intitulé « Je prends mon envol ».

« Nous avons voulu parler de ce sujet tabou afin que nous prenions conscience de l’importance qu’ont des paroles cruelles sur quelqu’un » Yasmine.

Inspirés par un fait divers tragique, ils ont choisi de traiter avec cœur et détermination le sujet sensible qu’est le suicide chez les jeunes. Le cas d’Emma, l’héroïne de leur chanson, sujette aux moqueries gratuites de la part des condisciples de sa classe, n’est malheureusement pas isolé.

« Si nous voyons une personne subir un harcèlement et que nous fermons les yeux, alors nous sommes aussi coupables » Thomas.

La gageüre de l’exercice était de parvenir à traiter de ce sujet de manière suffisamment incisive pour délivrer un message qui ne laisse pas indifférent, tout en tentant, autant que faire se peut, de ne pas verser dans les clichés les plus communs sur le sujet. Il s’agissait d’être authentique, au plus près de l’événement, de ce long cheminement qui s’empare d’un adolescent esseulé dans sa classe qui, de mois en mois, subit une douleur morale croissante. Aussi, qui mieux que des adolescents s’adressant à d’autres adolescents pouvait se montrer capable de leur adresser un message engagé ?

« Nous avons voulu sensibiliser notre entourage sur le harcèlement présent dans les réseaux sociaux » Léana

À l’heure des réseaux sociaux, le poids des mots tend à se banaliser. Et pourtant, force est de constater qu’un mot peut tuer, qu’un message déversé sur cette toile où désormais tout semble pouvoir se dire peut produire un effet plus puissant qu’il n’y paraît. En 1972, Edward Lorenz se demandait si un battement d’aile d’un papillon pouvait provoquer une tornade à l’autre bout du monde. En 2014, nous sommes en droit de nous demander si une parole malheureuse peut précipiter le geste d’un adolescent. C’est peut-être, en définitive, le grand espoir qu’emporte cette contribution : que ce petit battement d’aile provoque l’éveil de consciences sur la portée du langage et sur son effet.

Kim D’Hauwer

 

« Nous avons choisi d’écrire une chanson sur ce sujet car il est difficile à aborder et peu de gens ont le courage d’en parler. Le message était plus facile à faire passer au travers d’une chanson » Amaury
Clic pour voir la réalisation des élèves de l'A.R. Louis Delattre (Fontaine l'Evèque) : "Je prends mon Envol"

Clic sur l’image pour voir la réalisation des élèves de l’A.R. Louis Delattre (Fontaine l’Evèque) : « Je prends mon Envol »