Exercices de théâtre – 1

LA DICTION

  • La voix des bêtes : Chaque participant tire un petit papier et prononce la phrase écrite en mettant le ton et en prenant l’accent de l’animal indiqué. Tous les autres comédiens jugent de la prestation. Le jeu cesse quand la boite est vide. S’inspirer d’un animal permet de cerner les traits les plus saillants d’un personnage de théâtre. Le comédien prend alors conscience que l’interprétation passe aussi par la voix.
  •  

  • Les virelangues : Tous les comédiens connaissent des phrases imprononçables. Ce jeu permet de les découvrir puis de les placer en situation. Ce jeu est épouvantable. Il oblige les comédiens à faire de grands efforts pour prononcer des choses imprononçables. Il est cependant important de noter que ce jeu ne peut en aucun cas remplacer le travail d’un professionnel de la prononciation. Cela peut uniquement donner des pistes afin de mieux prononcer et donc d’améliorer la voix.
  •  

  • Le bon ton : Chaque joueur aura une phrase à prononcer. Il conviendra ensuite de dire cette phrase de deux manières différentes et opposées. Trouver le ton qu’il convient, c’est comprendre le véritable sens des mots qu’on va avoir à dire. Ce jeu ne convient qu’à des enfants maitrisant déjà parfaitement la lecture.
  •  

  • Un mot déplacé : Le meneur de jeu indique aux joueurs le thème sur lequel ils vont avoir à dialoguer. Le meneur de jeu indique ensuite quel sera le genre de mots que les joueurs vont devoir utiliser pendant toute leur improvisation. À la manière du Capitaine Haddock, un mot incongru va donner de la force au dialogue. Ce jeu permet de développer l’esprit des comédiens.
  •  

  • Les mots starters : Chaque comédien reçoit un mot. Il devra obligatoirement commencer son dialogue avec ce mot. L’intérêt de ce jeu est de développer l’écoute et l’attention des comédiens.
  •  

  • Le témoin : Un joueur témoin est assis sur une chaise, face au public. Il a assisté à un évènement dont il est le seul témoin. Il va devoir répondre aux questions qui lui seront posées par les enquêteurs autour de lui. Si le témoin n’est pas clair ou s’il se contredit, il deviendra hors-jeu. Les enquêteurs devront commencer toutes leurs questions par où ? quand ? qui ? quoi ? comment ? La principale difficulté dans le jeu est de faire en sorte que le témoin ait une trop grande pression. Le jeu permet au contraire de développer l’esprit et le sens de la répartie des comédiens.
  •  

  • Seul contre tous : Chaque comédien devra improviser un monologue. Il faudra alors désigner celui qui a parlé le plus longtemps. Faire face, seul, au public est une épreuve redoutable. Ce jeu permet donc de renforcer la confiance des comédiens. Il faut donc proposer ce jeu uniquement avec des comédiens ayant toutes les chances de réussir.
Sylvie SUZOR
Lire/télécharger cette page en .pdf, format A4