Actualités & Agenda

Chronique de Michel Francard: Vous avez de ces mots – Pâlis-tu quand tu pallies à ?

Avec l'aimable autorisation de l'auteur


Extrait

(...)


Une intéressante évolution sémantique

La construction indirecte pallier à, aujourd’hui concurrente de la construction directe ( pallier un inconvénient, une situation fâcheuse, une faiblesse) est rejetée par les puristes au départ d’arguments de nature historique. Ce verbe est issu du bas latin palliare « couvrir d’un manteau », transitif direct. Dès ses premières mentions au XIV e siècle, il atteste d’une évolution sémantique : il signifie alors « dissimuler (une faute), atténuer (une impression fâcheuse) », sens qui s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui : « Pour pallier cette indigence, il ne lui restait qu’une issue : paraître » (Simone de Beauvoir, d’après le Trésor de la langue française).

(...)

En tant que membre la suite de l'article est accessible dans Espace membre.

Suivez-nous sur

abpf sur Facebook