Luc Collès nous a quittés…

Depuis la nuit du 19 au 20 novembre, son doux visage, bienveillant, souriant, ne nous quitte plus. Et les témoignages affluent sur le site de l’ABPF qu’il a si bien accompagnée et conseillée comme administrateur.

Il est parti beaucoup trop tôt, dans notre siècle. Ce n’était pas prévu au programme … au programme des enseignants, au programme … de la vie ! Tant de réfugiés auraient pu profiter de ses cours et des concours qu’il organisait. C’est à nous aujourd’hui de reprendre le flambeau du FLE et de l’interculturalité bien comprise dans un monde qui a tant de mal avec l’intégration.

Merci Luc, de nous avoir montré le chemin du futur.

Des bulles de français : le n° 253 de notre revue.

Si vous êtes membre de l’Abpf, vous avez déjà ce numéro. Sinon, vous pouvez l’acheter ou devenir membre de l’Association belge des professeurs de français.

Peut-on parler de la BD au cours de français ?

Avec LA – ou plutôt les – BD, ce genre si belge et dont nos amis français nous empruntent souvent la paternité, le français se travaille au cours, à l’infini…
Ce sera donc le sujet de ce dossier qui, une nouvelle fois, va essayer de « placer l’élève au centre de ses apprentissages ». Les élèves souhaitent son introduction au cours de français, même s’ils n’en lisent pas ! Pourquoi donc ? Une promesse de créativité pour certains ; d’analyse du fonctionnement pour d’autres. Ils ne manquent vraiment pas d’idées..
  Voir le sommaire du numéro

L’Abpf est aussi sur Facebook !

  • vous y suivrez notre actualité de plus près ;
  • vous pourrez facilement réagir aux idées, aux propositions ;
  • vous pourrez échanger vos trouvailles, vos réussites, vos hésitations ;
  • et multiplier vos contacts, et …

Avec un manuel ou pas ? Notre revue 252 !

Si vous êtes membre de l’Abpf, vous avez déjà ce numéro. Sinon, vous pouvez l’acheter ou devenir membre de l’Association belge des professeurs de français.

 
Ces manuels scolaires : amour ou détestation ?
Manuels : amour/haine
 Le manuel parfait n’existe pas et l’enseignant de français se révèle la plupart du temps un créatif et non un exécutant. Toutefois, à ses débuts, le jeune instituteur ou professeur de français, entouré de ses collègiues, doit être rassuré. Le rôle d’un bon manuel est de conforter et de verbaliser un cursus. On consultera avec intérêt — et peut-être profit — sur le site www.enseignement.be : Qu’est-ce qu’un « bon » manuel scolaire ? 10 critères de qualité d’un manuel. Et nous ajouterons : « A condition d’en sortir ! » (Extrait de l’éditorial.)

Enseigner ?

Épinglée, entre autres considérations , cette réflexion de Daniel PENNAC dans LE VIF du 27 janvier : « Quand vous êtes prof, et je l’ai été longtemps, vous vous rendez compte qu’une classe n’est pas un régiment, mais un orchestre. »