Ateliers scolaires : Lettr’in Slam

À l’occasion de l’opération « Langue française en fête », la Société archéologique de Namur, le Réseau Namurois de Lecture Publique, la Bibliothèque Principale de la Province de Namur et la Maison de la Poésie de Namur s’associent pour proposer aux élèves des trois dernières années de primaire et aux 1re et 2e années secondaires des ateliers mêlant l’écriture et l’art graphique autour des dix mots sélectionnés par l’opération « Dis-moi dix mots ».

L’univers du Slam sera mis à l’honneur et sera combiné, une fois n’est pas coutume, avec l’art médiéval de l’enluminure. Une manière originale de concilier deux domaines artistiques que tout oppose habituellement et qui permettra à chaque enfant de repartir avec sa création personnelle.

Les ateliers seront animés par Valérie Bienfaisant.

***

Informations et réservation (obligatoire) : fanny.vanorshoven@lasan.be – 081 84 02 01
Date et horaire : du mardi 19 mars au jeudi 21 mars 2019 (animation d’une demi-journée par classe)
Deux animations possibles par jour (9 h – 12 h / 13 h – 16 h)
Le mercredi après-midi, l’animation peut être proposée en extrascolaire (école des devoirs, maison des jeunes…)
Prix : 3 € par élève

De la féminisation des noms de métiers à l’écriture inclusive

L’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique vous invite au cours-conférence du Collège Belgique :

De la féminisation des noms de métiers à l’écriture inclusive. Quelle langue pour quelle justice ?

par Jean-Marie Klinkenberg, membre de l’Académie royale de Belgique.

    Mardi 19 mars 2019 à 17 heures

Palais provincial de Namur

Chaque fois qu’on touche à la langue ou à ses habits, qu’il s’agisse de domestiquer une orthographe tortueuse ou de produire une terminologie en phase avec les réalités sociales, les protestations se font entendre et les médias s’enflamment. C’est qu’à travers les questions de langue, en apparence innocemment techniques, on touche à d’importantes questions : l’identité, le pouvoir.

L’exposé illustrera ce grand phénomène à travers le cas de la féminisation : féminisation du vocabulaire (avec la mise au point d’une terminologie pour les noms de métier) ou féminisation des textes (dont ce qu’on a appelé l’écriture inclusive donne un exemple). Qu’est-ce que le genre des mots ? Est-il vrai que le masculin est neutre ? Que signifient les résistances à l’innovation langagière ? À qui appartient la langue ? Voilà quelques-unes des questions qui seront abordées, dans une double optique : nourries par la discipline linguistique, les propositions finales seront de nature politique.

Entrée gratuite. Infos et inscriptions : http://www.academieroyale.be/fr/le-college-belgique-lecons-detail/dates/de-feminisation-noms-metiers-ecriture-inclusive.-quelle-langue-pour-quelle-justicenbsp-19-03-2019-17-00/

Concours « Haïkus pour la paix »

Ce concours est ouvert à cinq catégories de participants de la Communauté flamande et de la Communauté germanophone en Belgique. Les apprenants non francophones de Wallonie-Bruxelles peuvent également participer.

Les apprenants rédigent des haïkus en classe (toute la classe participe !). Grâce à une sélection interne, ils en choisissent 4 pour représenter leur école ou établissement.

La participation consiste en l’envoi de maximum 4 haïkus inédits par école ou maximum 1 haïku inédit par professeur participant individuellement. L’envoi des haïkus se fait avant la date butoir du 11 mars 2019.

Toutes les informations sont à trouver sur http://www.concourshaiku.org/

Spectacle scolaire : « Auguste ne sait plus grand-chose du monde »

Afin de commencer 2019 en beauté et en émotion, la Maison de la Poésie de Namur vous convie avec vos élèves (à partir de 12 ans), le 1er mars prochain, à assister au spectacle Auguste ne sait plus grand-chose du monde… Les souvenirs, la mémoire, l’amour sont au cœur de ce voyage poétique, drôle et émouvant à la fois.

« Auguste est debout devant sa fenêtre. Il regarde dehors un nuage arriver sur lui. Il se prend les pieds dans les branches. Il chute. Il est si jeune pour mourir. Si vieux. Va. Il ferme les yeux un instant. Rembobine la bande fragile de ses souvenirs. Appuie sur stop. Fait play. C’est là. Ils sont tous là… Le temps semble s’être arrêté en cet endroit, abandonnant pour l’heure ses affaires courantes. On dirait un film de Charlie Chaplin où les vieux tombent au ralenti. »

Le texte de Auguste est un monologue poétique, créé par Pierre Soletti et subtilement interprété par Pascal Thétard sur une musique de Patrice Soletti. Il parle de la vie qui nous fait vibrer à l’intérieur. La vie qui nous tient debout. Un spectacle qui s’adresse à toutes les générations et qui sensibilise délicatement à la perception de la lumière intérieure, à la sagesse de ceux qui traversent la vie au plus près de la vérité toute simple qui s’appelle « aujourd’hui ».

Créé par le Centre de Créations pour l’Enfance et le collectif Ma-Théâ en mars 2017 en partenariat avec Le Carré Blanc de Tinqueux – Résidence de création au Carré Blanc. Avec le soutien de la Ville de Tinqueux, la DRAC, la Région Grand Est et le Département de la Marne. 

***

Informations et réservation : 081 22 53 49 – info@maisondelapoesie.be – www.mplf.be

Séance scolaire : Vendredi 1er mars à 13 h 30

Prix : 3 € par élève, gratuit pour les enseignants