n° 230 : Fondamental… Secondaire : Le grand saut !

courev-197x300Le sujet est au cœur de l’actualité :
Comment vit-on aujourd’hui ce moment important, ce moment qui doit « faire grandir » un peu dans tous les sens ? Comment le vit-on enfant ? parent ? instit ? ou prof ? Le saut reste-t-il toujours aussi ample ? aussi long ? Comment le faciliter ? Comment en tirer parti ? Comment le vit-on ailleurs ?

 

 

Concrètement : des pages de réflexion, des idées d’activités, quelques mises au point…

Dans l’introduction à ce dossier, Xavier Dejemeppe vous en dit l’essentiel :

Quant aux professeurs de français

D’après nos observations sur le terrain, beaucoup d’enseignants naviguent entre une conception de la langue comme outil à maitriser ou comme vecteur de sens, de pensée, voire de plaisir.  À ce moment charnière de la formation des élèves – entre fin du  fondamental et début du secondaire – comment faire pour gérer ce nœud-là, pour ne pas cantonner certains jeunes dans une vision trop « utilitariste» de l’enseignement du français et ouvrir à tous un horizon le plus large possible ? Et comment redonner de l’estime de soi à ces élèves faibles qui arrivent au 1er degré en insécurité scripturale, langagière et culturelle ? Certainement pas en accablant les collègues instituteurs, mais en travaillant ensemble sur ce qui est au cœur du métier et de notre identité : comment faire apprendre ? La formation initiale s’y met et la formation continue y pense. Français 2000 refera le point dans 10 ans ?

Gros plan sur le dossier

Nous avons choisi de donner d’abord la plume aux praticiens : instituteurs, régents, licenciés, formateurs qui vivent au quotidien cette transition primaire-secondaire.
On lira successivement

  • une interview d’une institutrice (Anne Vranckx par Liliane Libotte) ;
  • un récit d’expérience en formation d’enseignants (Xavier Dejemeppe) ;
  • un témoignage d’une romaniste travaillant au 1er degré (A.P.) ;
  • et deux récits de pratiques et leur analyse (Romy Maes et Florence Castincaud).

Nous consacrons à nos collègues étrangers la deuxième partie de ce dossier. Chacun nous expliquera comment se pose l’enseignement du français (FLE) dans son pays. Le contexte tunisien sera d’abord évoqué grâce aux contributions de Maha  Ayed, Nadia Kamoun et Mohamed Fekih. La situation roumaine sera analysée par notre collègue Ana Lacobute-Nicoleta. Nous aurons pour terminer un encart provenant de Slovénie. Toutes  ces contributions témoignent de l’investissement et de la créativité de nos collègues.

Une troisième partie intitulée Café pédagogique donne la parole aux amateurs de ce breuvage en salle des profs ou ailleurs… Trois instituteurs nous livrent leur réflexion sans tourner autour  du pot… (Cédric Gersoulle, Gautier Massabuau, Montain Willems),  auxquels vient s’ajouter un ancien mais toujours actif dans notre  revue : Henri Landroit.

Deux fiches pédagogiques (Robert Massart et Xavier Dejemeppe), un tableau européen et mondial des passerelles et quelques suggestions de lectures et sites Web viennent clôturer ce Dossier.

Un peu à la marge puisque centrée sur l’enseignement fondamental, on lira une contribution de chercheurs de l’université de Liège (Emmanuelle Bousman et Micheline Dispy).

Merci à cette quinzaine de contributeurs qui nous ont rejoints pour constituer ce volumineux Dossier.

Il reste des angles morts qui pourraient constituer des ouvertures pour un prochain Dossier comme ces expériences menées actuellement sur le terrain (par exemple le projet MACLE au 1er degré différencié), des exemples plus concrets concernant  l’enseignement du lexique, de la grammaire, de l’oral, ou encore une analyse détaillée des épreuves externes (CEB et CE1D) où le français pose problèmes (compréhension des questions en éveil, en histoire, en mathématique et en… français), des innovations dans les projets interdisciplinaires, etc.

Bonne lecture !

Xavier Dejemeppe 
Coordinateur du Dossier 
Maitre-assistant à la HELHa